Entretenir un bonsaï en trois leçons

Le charme et l’élégance d’un bonsaï sont les raisons pour lesquelles
ce petit végétal est tant apprécié. Néanmoins, cela reste une plante
qui exige beaucoup d’entretien et d’attention. Voici comment
maintenir un bonsaï en bonne santé en trois leçons.

L’arrosage du bonsaï

Comme c’est le cas pour toutes les plantes, l’arrosage est vital pour
votre petit arbuste. Il varie cependant selon les conditions
atmosphériques et selon la variété de bonsaïs à laquelle vous aurez
affaire. L’idéal est de vérifier constamment l’aspect de la terre et
son humidité. Vous saurez qu’il sera temps d’ajouter de l’eau lorsque
la terre aura absorbé pratiquement toute celle du dernier arrosage.
Pour l’arrosage, faites appel idéalement à de l’eau de pluie. À
défaut, il est nécessaire de préparer de l’eau du robinet à l’avance
et la laisser reposer. Cette étape permettra au chlore de s’évaporer
et à la température de l’eau de se mettre au même niveau que celle de
l’air ambiant.

L’éclairage

La lumière est très importante pour l’épanouissement du bonsaï,
d’autant qu’il s’agit d’un végétal qui provient généralement d’un pays
chaud et ensoleillé. Ici encore, l’intensité de l’éclairage à fournir
à votre plante dépendra de son espèce. Quoi qu’il en soit, il est
nécessaire de lui faire bénéficier au maximum de la lumière du jour en
la plaçant près d’une ouverture. Il faudra cependant éviter que son
feuillage ne soit trop exposé aux rayons du soleil. Par temps
grisâtre, vous pouvez recourir à un éclairage artificiel et y exposer
quotidiennement votre bonsaï pendant 12 à 18 heures.

La taille des branches et des racines

Pour qu’un bonsaï soit au meilleur de sa forme et de sa beauté, il est
vital de le tailler selon des méthodes bien spécifiques. Les branches
se taillent généralement au printemps ou au commencement de l’été,
mais il est tout de même nécessaire de réaliser des tailles de
structure au cours de l’hiver. Il faut savoir que si on taille une
plante à feuilles alternées, la repousse sera orientée vers la
direction indiquée par le bourgeon, et que deux pousses peuvent
apparaître si l’on taille une branche à feuilles parallèles. La taille
des racines, quant à elle, se réalise lors du rempotage, à effectuer
tous les deux à trois ans. Il s’agit de réduire la longueur des
racines d’environ un tiers.

Autres articles à lire

  • Jardinage : 4 plantes adaptées aux jardins urbains

    L’urbanisation galopante pousse un nombre croissant d’urbains à rechercher ou à se créer un espace vert en pleine ville. Pour aider les nouveaux jardiniers urbains, découvrez nos conseils pour choisir les plantes qui pousseront le mieux et qui supporteront la pollution environnante. Elles doivent être résistantes tout en étant peu invasives.

  • Quelles plantes grimpantes choisir pour décorer sa pergola ?

    Une pergola retrouve toute sa splendeur en été, lorsque les plantes grimpantes vous mettent à l’ombre toute la journée. A vous de choisir si vous voulez des plantes grimpantes à crampons, à palisser ou à vrilles. Nos conseils pour vous aider à faire le bon choix.

  • Les plantes carnivores : nos conseils pour en cultiver chez vous

    Les plantes carnivores, que l’on trouve à l’état sauvage, peuvent tout à fait être cultivées chez soi. Il vous faudra leur fournir des conditions semblables à celles de leur milieu naturel, et leur donner à manger quelquefois.

  • L’oiseau du paradis

    L’oiseau du paradis ou strelitzia doit son nom à la ressemblance de sa fleur à un oiseau. Ses couleurs vives mariant l’orange avec le bleu ou le violet ont fait son succès auprès de la comtesse de Strelitz. En décoration, il apporte une touche d’énergie et de peps au jardin ou à l’intérieur.

  • Environnement et maison : adoptez les toitures vertes

    La toiture verte constitue une technique d’aménagement durable. Sur une nouvelle construction ou sur une maison déjà bâtie, la toiture verte concilie environnement et maison.

Haut de page