Quels travaux donnent droit au crédit d’impôt ?

Des travaux de rénovation et d’amélioration énergétique vous ouvrent droit au crédit impôt. Ce qui signifie qu’on déduira de votre impôt sur le revenu une partie des sommes que vous avez engagées pour ces travaux. Quels sont ces travaux, qui doit les faire, quelles sont les conditions pour y avoir droit et qui peut en bénéficier ?

Aperçu des travaux donnant droit au crédit d’impôt

Sont inclus l’installation de chauffage et la programmation de chauffage, ainsi que l’installation d’équipements fonctionnant aux énergies renouvelables (solaires, éoliens, bois ou hydrauliques). Ils comprennent également l’installation de chaudières à condensation pour la production d’eau chaude, les travaux d’isolation thermique des murs, des combles, du sol ou des toitures.

Le taux de remboursement

Pour ce genre de travaux, vous pourriez être remboursés à hauteur de 30% des sommes dépensées en matériaux, équipements, appareils et pose proprement dite. Par ailleurs, certains travaux vous donnent également la possibilité de cumuler votre crédit d’impôt avec d’autres aides. On peut citer la TVA à taux réduit, la prime énergie de Total ou l’éco-prêt à taux zéro.

Les conditions de base pour avoir droit au crédit d’impôt

La première est celle d’habiter et de travailler en France ou dans un département d’outre-mer. Ensuite, les travaux doivent être faits dans votre demeure principale. Vous devez vous assurer de respecter les indicateurs de performance de tous les équipements. Les travaux doivent être confiés à une seule et même entreprise de professionnels labellisés RGE (Reconnu Garant de l’Environnement), aussi bien pour les fournitures que pour leur installation. L’entreprise doit établir en votre nom une facture dûment remplie, et vous devez conserver précieusement toutes les pièces justificatives de chaque acquisition et des poses.

Tous peuvent bénéficier du crédit impôt

Vous pouvez y avoir droit si vous êtes propriétaire, mais pour 3 logements maximum. De même si vous êtes locataire, occupant à titre gratuit, que vous soyez imposable ou non. Le plafond des dépenses est de 8.000 € par contribuable et par logement. Dans le cas où le crédit d’impôt est plus élevé que l’impôt ou s’il n’y a pas d’impôt, l’excédent vous sera remboursé.

Autres articles à lire

Haut de page