Le calfeutrage des fenêtres - comment calfeutrer correctement ?

La saison estivale est le moment idéal pour faire les petits travaux inhérents à la maison et se préparer ainsi à l’arrivée de l’hiver. Le calfeutrage des fenêtres fait partie de ces besognes.

Avec quel joint calfeutrer la fenêtre ?

Isolation phonique et thermique par excellence, le calfeutrage des fenêtres sert surtout de barrages contre l’infiltration des eaux de pluie dans les murs. Ce système empêche également le transfert d’air condensé à l’extérieur, qui à long terme entraînera la détérioration des murs, des portes, mais également des fenêtres. Avant de vous atteler à cette tâche, vous devez tout d’abord choisir la matière du joint, avec lequel vous allez faire le calfeutrage. Très bon marché, les joints à mousse Néoprène sont les plus souvent utilisés par les particuliers. Le seul bémol ? Ce matériau perd son étanchéité au bout de deux ans. Vous êtes donc dans l’obligation de le changer régulièrement. Si vous avez les moyens, préférez les joints métalliques ou les joints moulés. Ils sont plus chers, mais ont tout de même une durée de vie plus longue.

Comment calfeutrer une fenêtre avec un joint en mousse ?

Pour éliminer les salissures laissées par l’ancien joint, brossez doucement le dormant de la fenêtre par le biais d’une brosse métallique, puis dégraissez la surface à l’aide d’un chiffon doux, imbibé de vinaigre blanc ou d’alcool à brûler. Laissez le tout sécher à l’air libre pendant une quinzaine de minutes. Déballez le joint dans son emballage et commencez à le coller sur le fond de la feuillure, en partant sur les côtés. Prenez garde de ne pas détacher le joint autocollant en le posant. N’oubliez pas d’en mettre sur la partie verticale et la partie horizontale de la fenêtre. Après avoir fait le tour des feuillures de la fenêtre, détachez très délicatement le papier ou le film protecteur. À l’aide d’un cutter, coupez au ras la mousse qui dépasse. Le calfeutrage d’une fenêtre n’a dorénavant plus de secrets pour vous !

Autres articles à lire

Haut de page