Comment jointoyer les briques ?

L’esthétisme et l’étanchéité du briquetage nécessitent un bon remplissage des joints liant les briques. Découvrez les étapes nécessaires pour que le jointoiement des briques soit une réussite.

Jointoyer les briques, le mortier

La consistance du mortier se trouve à la base du jointoiement des briques. Dans le cas où le mortier est trop fluide, une partie des joints ne va pas tenir. Au contraire, s’il est trop sec, former le joint apparaît impossible. Pour savoir la meilleure consistance, mettez votre pouce sur le joint, si le mortier ne colle pas, c’est qu’il est déjà à point pour assurer le jointoiement.

Pour ce travail, le mieux consiste à réaliser les joints au fur et à mesure de l’avancement de votre tâche. Attendre que le mur soit intégralement bâti s’avère inutile puisque le mortier va sécher. Dans tous les cas, sachez que vous pouvez rallonger la période optimale pour la mise en place des joints en gardant le mortier humide.

Jointoyer les briques, les différents types de joints

Les joints du mortier se déclinent en différents types selon l’effet esthétique voulu. En fonction de votre style décoratif, vous pouvez choisir entre le joint arasé, le joint demi-rond, le joint en V, le joint carré et le joint maigre. Le joint arasé permet par exemple de mettre en évidence les grains de sable si vous voulez un effet plus naturel. Si les briques présentent des défauts, ou si vous avez utilisé des matériaux d’occasion pour la construction de votre mur, optez pour le joint demi-rond. L’aspect de ce type de jointure permet de masquer les défauts apparents au niveau des coins des briques. Pour les murs construits dans un emplacement exposé aux pluies fréquentes, surtout évitez le joint carré en choisissant plutôt le joint en V. Grâce à sa structure pareille au joint demi-rond, ce dernier offre une bonne évacuation de l’eau de pluie.

Jointoyer les briques, la coloration

Mis à part leur différente déclinaison au niveau de la forme, vous pouvez également les mettre en valeur en colorant votre mortier. Très esthétique, le mortier teinté permet entre autres de relever l’aspect décoratif de la jointure du mur. Pour la teinte, optez pour un colorant essentiellement composé d’oxydes métalliques. Afin d’éviter les mauvaises surprises une fois le travail achevé, surtout n’oubliez pas de faire un essai. Ainsi, mélangez la teinte avec le mortier puis laissez sécher pour voir si la coloration est au point. Raclez ensuite les joints puis jointoyez à nouveau avec le mortier préalablement coloré. Lors de cette tâche, veillez à ne pas tacher les briques.

Autres articles à lire

  • Litracon, le béton transparent

    Pour l’industrie de la construction de bâtiments, l’arrivée du Litracon, un nouveau type de béton à l’allure singulière, a surpris plus d’un. C’est une grande innovation en matière de matériel de construction puisque ce béton transparent joint la transparence du verre à la fermeté du béton.

  • Maçonnerie | Le ciment, mortier et béton tout prêts.

    Dans les grands magasins, chez les négociants en matériaux de construction, ou chez les droguistes, vous trouverez des ciments prêts à l’emploi.

  • Maçonnerie | Le ciment

    Le ciment est le produit de la calcination de pierres calcaires contenant de 20 à 40 % d’argile. On trouve deux types de ciment : le ciment à prise lente (une demi-journée), le ciment à prise rapide (deux heures à deux heures et demie).

  • Maçonnerie | Les mortiers

    Le terme de mortier désigne un mélange de liant (chaux ou ciment) et de sable, gâché avec une certaine quantité d’eau.

  • Comment remettre à neuf un mur dégradé ou humide ?

    Humide, le mur peut abîmer toutes sortes de revêtements ou pire encore, présenter une détérioration, se déclinant en fissures, en tâches de moisi sur le plâtre et même en rouilles, visibles sur le béton. Pour y faire face, voici quelques astuces anti humidité qui vous seront d’une grande aide.

Haut de page

Contact